Texte à méditer :  Plus tu pédales moins fort, moins tu vas plus vite  Anonyme
Recherche



Quelques dossiers

Fermer Les 366 Jours

Fermer Biographie

Fermer Chronologies

Fermer Histoire

Fermer Inclassable

Fermer Journées à thème

Fermer Les Femmes

Fermer USA

Fermer Quelques infos sur 366 Jours par An

Fermer Humour

Fermer Comment dire ...

Fermer Quelques services en lignes

Fermer Jeux

Webmaster - Infos
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Quelques infos externes
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha
Recopier le code :
Histoire - La petite histoire de notre calendrier

La petite histoire de notre calendrier


Notre calendrier (du latin calendæ, premier jour du mois chez les Romains) est issu en droite ligne du calendrier dit « julien » car institué par Jules César.

Initialement lunaire [dans l’ancien calendrier romain, l’année comptait 304 jours divisés en 10 mois auxquels on ajoutait le nombre de jours nécessaires pour égaler l’année solaire : cette période devint par la suite les mois de janvier et février], le calendrier romain devint solaire sous la République. L’année comptait 355 jours répartis en 12 mois : 29 en janvier, 28 en février, 31 en mars, 29 en avril, 31 en mai, 29 en juin, 31 en juillet, 29 en août et en septembre, 31 en octobre et 29 en novembre et en décembre. Pour combler le déficit par rapport à l’année solaire, on intercalait tous les 2 ans 22 ou 23 jours supplémentaires entre le 23 et le 24 février. Les derniers jours de février (du 24 au 28) s’ajoutaient aux jours intercalés pour former le mensis intercalaris (ou encore mercedonius) de 27 jours. On arrivait à une durée annuelle moyenne de 365,25 jours.

Au IIe siècle avant J.-C., le début de l’année fut déplacé du 1er mars au 1er janvier. Mais l’intercalation du mensis intercalaris était laissée au libre arbitre des pontifes, dont les décisions étaient souvent motivées par des considérations plus politiques qu’astronomiques. Il en résulta un désordre tel que le calendrier n’était plus du tout en accord avec les saisons.

En 46 avant J.-C. (soit en l’an 708 de la fondation de Rome, l’ère chrétienne datant du VIe s. apr. J.-C.), Jules César réforma le calendrier avec l’aide de l’astronome Sosigène d’Alexandrie en adaptant le calendrier agricole italique au calendrier (d'origine égyptienne) établi par l'astronome grec Eudoxe au IVe s. av. J.-C. L’an 709 de Rome (45 av. J.-C. des chronologistes, - 44 en notation algébrique des astronomes) commença le 1er janvier.

César commença par ajouter 90 jours au lieu des 27, pour ramener le calendrier en concordance avec les saisons : l’année 46 avant J.-C. comporta donc 445 jours (année de la confusion). Puis il introduisit un cycle de 4 ans au cours duquel les 3 premières années contiendraient 365 jours, et la quatrième 366 jours, pour obtenir une durée annuelle moyenne de 365,25 jours. Le jour supplémentaire fut ajouté au mois de février : on doubla le 24 février par un 24 bis nommé bis-sextus ante calendas Martias (d’où l’expression « année bissextile »). Les pontifes, ayant commis l’erreur de placer le bissexte tous les 3 ans pendant 36 ans, l’empereur Auguste dut, pour corriger l’erreur, ordonner la suppression de toute intercalation pendant 12 ans (de 8 av. J.-C. à 5 apr. J.-C.) ; il en profita pour s’attribuer le nom d’un mois (augustus > août). Imposé à tout l’Empire romain, le calendrier julien fut adopté par la chrétienté.

Vers 525, Dionysius Exiguus (Denys le Petit), moine scythe, mit au point (Liber de Paschate) une table de calcul de la date de Pâques où les années étaient comptées depuis la naissance du Christ qu’il fixait au 25 décembre de l’an 753 de la fondation de Rome.

L'an de Rome 754 devint l'an 1 de l'ère chrétienne (II n'y a pas d'année 0 : on saute de l'an 1 avant Jésus-Christ à l'an 1 après). L’ère chrétienne, appelée également dionysienne, connut une lente diffusion. Cette manière de compter fut adoptée par la France au VIIIe s. (capitulaires de Carloman et Pépin) mais elle ne se généralisa que vers l’an mil.

On s'aperçut par la suite que Denys s'était trompé de 4 ans au moins. Ils ont bonne mine les millénaristes !

En 725, Bède le Vénérable, moine bénédictin anglo-saxon, développa la science du calcul du temps que l'on nomma « comput » (du latin computare « calculer ») et effectua un travail méticuleux de la chronologie historique dans De temporum ratione « De la division du temps ».

En 1345, le pape Clément VI envisagea de réformer le calendrier.

En 1417, lors du concile œcuménique de Constance, le cardinal Pierre d'Ailly présenta son traité Exhortatio super correctione calendarii « Exhortation à la réforme du calendrier » qui ne fut pas suivi d’effet.

En 1436, l'astronome Nicolas de Cursa proposa en vain une réforme presque identique.

En 1514, Léon X demanda à l'évêque et astronome hollandais, Paul de Middelburg, de présider une commission chargée de corriger le calendrier. Copernicparticipa en 1515 à la commission du Ve concile du Latran sur la réforme du calendrier qui n’aboutit pas car le pape avait cru bon de demander leur avis aux souverains lesquels, ayant probablement d’autres chats à fouetter, n’y accordèrent aucun d’intérêt.

En1582,àla demande de Grégoire XIII, les astronomes Luigi Lilio et Christophorus Clavius et le mathématicien espagnol Pedro Chaconétablirent un nouveau calendrier à la demande de Grégoire XIIIet s'aperçurent que, César ayant commis une petite erreur dans l'évaluation de l'année solaire, on se trouvait en retard de 10 jours sur le soleil.

Le pape décida alors, par bulle du 14 février 1582, qu’afin de rétablir la concordance, le lendemain du 4 octobre 1582 serait le 15 octobre. Ce qui fut fait à Rome, en Espagne et au Portugal. La France décida que le lendemain du 9 décembre 1582 fut le 20. En Grande Bretagne, le lendemain du 2 septembre 1752 fut le 14.

Kepler (1571‑1630), adepte de Copernic, fit triompher la cause de la réforme grégorienne du calendrier.

Les derniers pays à avoir adopté le calendrier grégorien furent l'U.R.S.S (le lendemain du 31 janvier 1918 fut le 14 février), la Roumanie et la Yougoslavie (1919), la Grèce (le 9 mars 1924 fut suivi par le 23 mars) et la Turquie (passage du calendrier musulman au calendrier grégorien le 1er janvier 1927).

Selon le calendrier grégorien, les années séculaires (« année séculaire : qui termine un siècle » cf. Petit Larousse) ne sont bissextiles que si leur nombre est divisible par 4 (exemple : 1600, 2000, 2400, etc.).

Le calendrier républicain ou révolutionnaire, préparé par une commission présidée par Gilbert Romme et comprenant notamment : Lagrange, Monge, Lalande, Delambre, Laplace, Guyton, Pingré, Dupuis, fut institué par décret de la Convention le 24 octobre 1793. L’année était composée de 12 mois de 30 jours divisés en 3 décades ; on devait ajouter 5 ou 6 jours complémentaires pour que l’année ait une durée moyenne de 365,25 jours. Le peintre David, André Chénier, Fabre d'Eglantine et Gilbert Romme établirent la nouvelle nomenclature. Les noms des mois étaient : vendémiaire, brumaire, frimaire pour les trois premiers, qui sont des mois d’automne, nivôse, pluviôse, ventôse pour les mois d’hiver, germinal, floréal, prairial pour les mois de printemps, et messidor, thermidor, fructidor pour les mois d’été. Les jours complémentaires étaient appelés « sans-culottides ». Dans chaque décade, les jours étaient appelés primidi, duodi, tridi, quartidi, quintidi, sextidi, septidi, octidi, nonidi, décadi, et il leur était affecté le nom d’un produit agricole, d’une plante ou d’un outil. Le début de l’année était fixé au minuit, compté en temps vrai de l’Observatoire de Paris, qui précédait l’instant de l’équinoxe d’automne. Étant donné la définition du début de l’année, il fallait calculer quand commencerait l’année suivante pour savoir si elle contenait 365 ou 366 jours (année sextile), ce qui n’arrivait pas tous les 4 ans comme on pouvait le penser. L’an I de l’ère républicaine débuta le 22 septembre 1792. Le calendrier républicain resta en vigueur jusqu’en décembre 1805 : il fut aboli par Napoléon qui restaura le calendrier grégorien à partir du 1er janvier 1806.

L’abbé Marc Mastrofini proposa en 1834 que le dernier jour de l’année fût un jour « blanc », afin que les autres jours se regroupassent en 52 semaines exactement.

En 1849, Auguste Comte conçut un calendrier de 13 mois égaux de 28 jours suivis d’un jour blanc. Puis, Camille Flammarion, après une vaste campagne contre le calendrier grégorien, se rallia à un calendrier perpétuel de 12 mois à trimestres identiques (calendrier universel).

Dès 1922, la Société des Nations s’intéressa au projet de réforme en créant un comité d’étude. Sa conclusion, connue en 1931, fut de ne pas modifier l’actuel calendrier ; mais une date était retenue pour la stabilisation de Pâques.

L'O.N.U.,considérant que le calendrier grégorien est mal adapté aux activités économiques actuelles, envisage de le réformer au XXIe siècle (elle a lancé un concours international).

Début de l'année :

1er mars : premier calendrier romain de Numa Pompilius, deuxième roi (légendaire) de Rome (v. 715-672 av. J.-C.) : l'année lunaire est divisée en 10 mois, ce qui explique les noms de septembre, octobre, novembre et décembre (7e, 8e, 9e et 10e mois). L’année commençait le 1er mars dans nombre de provinces françaises aux VIe et VIIe siècles.

1er janvier : calendrier romain à partir de 153 avant J.-C. (puis retour au 1er mars jusqu’à ce que César rétablisse le 1er janvier) ; en France, le 1er janvier a été choisi et imposé par le roi Charles IX (édit de Roussillon du 9/8/1564 avec effet au 1er janvier 1567). Le Saint-Siège décida qu’à partir du 1er janvier 1622,dans tous les pays catholiques, l'année calendaire commencerait le 1er janvier et non plus le 25 mars.

25 décembre : date fixée par le pape Jules Ier en 337. L’année commençait à Noël au temps de Charlemagne (et en certains lieux, tel Soissons, jusqu’au XIIe s.). Cet usage, répandu dans le midi, était encore en faveur dans le Dauphiné à la fin du Moyen Age.

25 mars : jour de l’Annonciation. A été en usage dans le midi, Limousin, Auvergne, Lorraine, Champagne, Picardie.

Pâques : au XIIe siècle, l’Eglise fixa le début de l'année à Pâques, le jour du samedi saint. Cet usage, quasi général aux XIIe et XIIIe siècles, perdura jusqu’au XVIe dans certaines provinces. La date de pâques fut longtemps utilisée par la chancellerie royale pour les administrations.

Poisson d’avril.

Les fausses étrennes, dites « poissons d’avril », sont un lointain souvenir des Nouvels Ans révolus. Quand l’année commençait pendant le carême, période durant laquelle la consommation de viande était interdite chez les chrétiens, le poisson était le présent le plus fréquent. Lorsque l’année débuta le 1er janvier (1567 en France), on se gaussa des ignorants restés fidèles à l’ancien nouvel an en leur offrant des poissons séchés puis de faux poissons. Ensuite, les moqueurs en vinrent au canular…

Certains pensent que la coutume du poisson d'avril est liée à la date de fermeture de la pêche à cause du frai, fermeture généralisée autrefois en France au 1er avril : pour se moquer des pêcheurs, privés de poissons, on leur envoyait des harengs.

D’autres proposent une référence astrologique : le Soleil quittant alors le signe du Poisson.

La victime d’un poisson d’avril est appelée April fool (idiot d'avril) en Angleterre et gowk (dadais) ou cuckoo (cinglé) en Écosse.






Ce texte est issu d'un document remis par Jean-Paul (actualisé en Mars 2007) que je remercie au passage


Date de création : 19/08/2005 @ 22:34
Dernière modification : 28/07/2007 @ 15:09
Catégorie : Histoire
Page lue 18349 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

Réactions à cet article


Réaction n°3 

par ALAIN le 30/11/2010 @ 14:38

Intéressant article.

Vous précisez, dates à l'appui, les conséquences de la décision papale de 1582. Soit un saut de 10 jours pour Rome, l'Espagne et le Portugal en octobre. Même saut de 10 jours pour la France en décembre. Mais d'après les dates que vous donnez, le saut aurait été de 11 jours en septembre pour la Grande-Bretagne. Quid?


Réaction n°2 

par olysseus le 31/12/2005 @ 17:36

petit rectificatif: j'avais lu un peu vite le critère sur les années bissextiles (en oubliant l'adjectif "séculaire"), du coup ça devenait correct si on comprenait "nombre de siècles dans
 l'année" , mais restait incorrect si on comprenait "nombre correspondant à l'année" (car un multiple de 100 est toujours un multiple de 4!).
Mais au moins ce sera clair pour tout le monde désormais (j'espère !).

Réaction n°1 

par olysseus le 31/12/2005 @ 17:31

Bravo pour cette petite histoire de notre calendrier, qui est fort intéressante! Je me permets juste de signaler une erreur à propos des années bissextiles: le critère que vous donnez (que le numéro de l'année soit divisible par 4) n'est pas exact, car sinon il y aurait des années bissextiles tous les 4 ans, y compris en 1700, 1800 et 1900, ce qui n'est pas le cas justement depuis l'adoption du calendrier grégorien: désormais les années dont le numéro est un multiple de 100 mais pas un multiple de 400
 (comme justement 1700, 1800 et 1900) ne sont plus bissextiles. Cela revient à supprimer 3 années bissextiles tous les 400 ans par rapport au calendrier julien (ce qui fait que l'année dure désormais en moyenne 356,2425 jours au lieu de 365,25 jours, ce qui est plus proche de la valeur exacte, qui vaut environ 365,242199...).

Je pense que c'etait une precision importante.
 Mais sinon encore bravo pour la richesse et la précision du texte!
 

Un coup de cœur à un nouveau site
Les 366 jours de l'année
Cliquez sur une journée pour voir l'Ephéméride correspondant

Janvier
01 02 03 04 05 06 07
08 09 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31  
 
Février
01 02 03 04 05 06 07
08 09 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29  
 
Mars
01 02 03 04 05 06 07
08 09 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31  
 
Avril
01 02 03 04 05 06 07
08 09 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30  
 
Mai
01 02 03 04 05 06 07
08 09 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31  
 
Juin
01 02 03 04 05 06 07
08 09 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30  
 
Juillet
01 02 03 04 05 06 07
08 09 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31  
 
Août
01 02 03 04 05 06 07
08 09 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31  
 
Septembre
01 02 03 04 05 06 07
08 09 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30  
 
Octobre
01 02 03 04 05 06 07
08 09 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31  
 
Novembre
01 02 03 04 05 06 07
08 09 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30  
 
Décembre
01 02 03 04 05 06 07
08 09 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31  
My-meteo.fr
météo gratuitemétéo gratuite
Design : Astrographisme © 2007 - Image : aimable courtoisie de © Christophe Vacher - Licence Creative Commons
^ Haut ^